Les incontournables – Les Dramas

On continue le dossier concernant les séries incontournables avec cette fois-ci, les dramas ! Elles ont toutes une durée moyenne de 50 min, excepté Parenthood qui, elle, dure 40 min.

  • Boardwalk Empire : La série se passe dans les années 20 et se déroule à Atlantic City, l’endroit où Nucky Thompson décide de se lancer dans le trafic d’alcool en pleine Prohibition. Je ne me rappelle plus la raison pour laquelle j’ai suivi cette série, sans doute parce qu’elle se passe dans les années 20 et que j’ai un petit faible pour les séries qui se déroulent dans les années 20 ou 30. La série est réalisée par Martin Scorsese et c’est un véritable bijoux. Je l’ai découverte l’année passée sur BE TV et même si le pilot dure 1h30, voire plus, il en vaut la peine. De plus, il se passe toujours quelque chose dans les épisodes donc inutile de vous dire que l’ennui n’a pas sa place dans la série. J’avoue qu’au début j’étais assez perdue pour reconnaître les personnages car ils sont assez nombreux mais au fil des épisodes, on voit un peu toujours les mêmes personnes ce qui facilite la mémorisation des prénoms. Concernant les intrigues, je ne vous en dis pas plus au risque de vous spoiler mais sachez que le Season Finale est tout aussi grandiose que la saison (que ça soit pour la saison 1 ou 2).
  • Dexter : Découverte il y a maintenant 4 ans, je ne me passe plus des aventures de notre Serial Killer préféré de Miami. Dexter est l’anti-héros parfait ! En effet, il tue uniquement les personnes ayant commis des actes punissables par la loi et qui échappent à la prison. J’ai directement accroché à cette série, il faut dire que Michael C. Hall arrive à rendre son personnage attachant. Concernant les intrigues, un méchant = une saison, ce qui n’est pas plus mal. Cela n’empêche pas d’avoir d’autres intrigues sur le côté. Malgré tout, je trouve que depuis le milieu de la saison 5, la série s’essouffle un peu et que la fin de la série ne serait pas plus mal même si j’adore toujours autant la série.
  • Mad Men : Bienvenue dans le monde de la pub dans les années 60 ! Mad Men est devenu l’une de mes séries préférées assez rapidement… enfin pas tout à fait. En effet, les 7 premiers épisodes sont d’un ennui, j’ai eu du mal à les visionner. A partir du 8ème épisode, j’ai vraiment su que Mad Men allait vite devenir une série que je l’avais dévorer en quelques temps et se fût le cas ! Il ne se passe pas réellement de grandes choses, ça ne bouge pas forcément comme dans les autres dramas mais il y a ce petit quelque chose qui fait que la série mérite toutes les récompenses qui lui sont attribuées. Jon Hamm et ses acolytes sont d’un talent hors norme. De plus, les vêtements des personnages sont conformes aux années 60.
  • Parenthood : Gros coup de coeur sur la comédie dramatique qu’est Parenthood. Souvent comparée à la série Brothers & Sisters, je peux vous affirmer qu’elles n’ont strictement rien en commun si ce n’est le fait qu’elles traitent toutes les deux des relations familiales, chacune à leur manière bien entendu. Ce qui m’a poussé à regarder la série, c’est la présence de Lauren Graham (Gilmore Girls) et Peter Krause (Six Feet Under) dans le cast, surtout que je venais de terminer Six Feet Under donc cela m’a ravie de revoir cet acteur dans une nouvelle série. Les Braverman n’ont pas arrêté de me faire pleurer tout au long des 3 séries diffusées. Bien que la saison 1 ne reflète pas assez la qualité de la série, je vous rassure la saison 2 est nettement meilleure et je ne vous parle même pas de la 3 qui est pour moi la meilleure des trois saisons. On voit leurs difficultés au quotidien, la relation qu’ils partagent entre eux. Ce que j’aime tout particulièrement c’est quand ils parlent tous en même temps, et je peux vous dire que ça arrive assez souvent, car on a l’impression de regarder un repas familial tel qu’on les connait. Au niveau des épisodes, j’ai été très peu déçue par ceux-ci, les intrigues avancent à chaque épisode. Certes, il m’ait déjà arrivé de m’être ennuyé durant un ou deux épisodes mais c’est rare.
  • Six Feet Under : Crise de larmes assurée ! La série nous plonge dans la réalité de la mort avec la famille Fisher qui est responsable d’un funérarium. La mort est très bien abordée bravo à Alan Ball (réalisateur). Je ne vous cache pas que la série peut vous déprimer légèrement et qu’elle vous fera pleurer comme une pauvre petite fillette à qui on vient de voler son doudou préféré mais c’est UNE des grandes séries à voir au moins une fois dans son existence. Je sais ce que vous vous dites : mais comment peut-on s’attacher à une série comme celle-ci ? Et pourtant c’est possible ! Les 2ères saisons sont plus centrées sur l’affaire du funérarium et c’est vraiment à partir de la saison 3 qu’on se centre sur les personnages et leur vécu. Plus on avance mieux c’est. Ce qui peut déranger certaines personnes qui regardent d’abord la série Dexter et ensuite celle-ci, c’est le personnage de David Fisher (Michael C. Hall) qui est gay. On retrouve aussi Peter Krause (Parenthood) et Rachel Griffiths (Brothers & Sisters).
  • Skins (UK) : Première série anglaise que j’ai regardé ! Je n’ai jamais voulu la commencer pensant qu’elle ne parlerait que de drogues et de sexe, et surtout que ça serait du vu et du revu ! Encore une fois, je me suis totalement trompée… Skins est l’une de mes séries coup de coeur surtout grâce au personnage d’Effy. La 2ème génération restera, pour moi, la meilleure des 3. On remarque à quel point ses personnages sont tombés bien bas car il ne sont généralement pas entourés par les bonnes personnes et leurs parents ne font plus trop attention à eux. Les relations entre les personnages mais aussi les musiques utilisées sont les gros points fort de la série.
  • The Killing : La grande question lancée par la série : Mais qui a tué la jeune Rosie Larsen ? The Killing utilise trois points vue : celui de la famille, celui de la police et de la politique. J’avoue que les premiers épisodes ne sont pas très palpitants mais la série a le mérite de nous donner envie de revenir ; du moins c’est ce que j’ai ressenti. Je me souviens avoir vraiment accroché vers le 6ème épisode. Plus les épisodes sont diffusés, plus je les enchaîne en émettant tout un tas d’hypothèses concernant le meurtre de la série. Cette dernière se déroule sous la forme d’un épisode = un jour ce qui n’est pas plus mal car on constate vraiment à quel rythme l’enquête avance.
  • The Sopranos : Grande découverte de cette année (oui je ne l’ai découverte qu’il y a très peu de temps), l’histoire d’Anthony Soprano, grand mafieux m’a énormément intéressée. J’avais décidé d’abandonner la série après le visionnage des deux premiers épisodes (grave erreur bien évidemment) et il y a quelques mois, j’ai voulu reprendre la série suite aux nombreuses bonnes critiques que je lisais sur Internet et franchement je n’ai pas été déçue. Les trois dernières saisons m’ont énormément intéressées même si j’ai eu du mal à enchaîner les épisodes de la saison 3, contrairement aux 2ères saisons. Le Series Finale est grandiose (quand on finit par le comprendre bien sûr). La seule chose que je reproche à la série c’est la mort de plusieurs personnages que j’adorais depuis le début de la série.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s